Valérie BILLET

PEINTRE

En tant que Montpelliéraine, j’ai vu les débuts du Tram en 2000, et j’ai d’emblée été séduite par la démarche esthétique, le parti pris coloré.Par ailleurs, j’ai toujours aimé les transports en commun, espaces de vacuité, et de croisements aléatoires. Ces «pseudo-rencontres» m’ont toujours intriguée. Parfois des regards se croisent, que reste- t -il de ces échanges muets? Que pouvons nous deviner partir de ce que les autres donnent à voir d’eux même?Par mon travail en général, je m’interroge sur la présence, l’absence, la mémoire, l’oubli, sur les codes visuels et l’incommunicabilité, sur la réalité.Mes tableaux sont réalisés à partir d’une collection importante de photos que j’ai prises, à l’instinct dans les rames. Le côté formel la peinture m’a permis de restituer, traduire, et réinterpréter ces Enfin, une longue recherche en gravure, m’a permis d’exploiter deux photos. Par la multiplicité des tirages, j’ai pu faire varier la même scène dans des ambiances différentes, comme vue par des regards différents.Je vous présente donc aujourd’hui un travail que j’ai initié il y a trois ans.Ma peinture est sensible, colorée, la lumière y joue une place importante. L’utilisation de flous, parfois de taches imprécises, de «manques», ou de transparences m’a aidée à traduire ces sensations d’instantané, de vitesse, de mélanges de plans.

 Site internet : www.valeriebillet.com