MARIE HUBERT

PEINTRE

À travers mes rectangles, j’essaie de raconter une histoire, un événement, les souffrances de l’histoire contemporaine. Mon travail se fait l’écho permanent de cette dualité entre force et fragilité, qui me caractérise. Je suis en constante observation des expressions, des attitudes, des assemblages. J’aime saisir le mouvement, le capter, me l’approprier pour véhiculer les idées qui me touchent.
L’utilisation des fils en tant que lien humain est un labyrinthe sinueux que j’apprivoise peu à peu comme un chemin vers les autres. Est-ce l’utopie que je défends dans une société où l’individualité pèse et prime ? C’est en tout cas une réflexion sur la relation à l’altérité, la trahison, la violence et l’indifférence qui m’anime. La solitude qui émane de mes tableaux charrie des images sombres, violentes, déshumanisées. Cependant, mes liens les rattachent inexorablement à la vie. Le fil, c’est un chemin vers les autres, une main tendue, une bouée de sauvetage.
La feuille d’or délicate présente sur toutes mes toiles, est une échappatoire, un instinct de survie, une ouverture vers la lumière. Elle nous guide, nous relève, nous insuffle l’énergie nécessaire. C’est ma signature et ma bulle d’oxygène.

Site internet:  www.mariehubert.fr


SES OEUVRES